Christian Apothéloz
christian apothéloz   
Portraits  

Janvier 2003. Magazine mensuel régional protestant Échange

Pasteur Louis Schloesing : c’était un pasteur…

Louis Schloesing s’en est allé par un jour brumeux de décembre. Après des mois de combat contre un cancer inexorable.
Il fut et reste pour moi la figure du pasteur. Je gardais de mon enfance l’image du pasteur narrateur qui enchantait l’école du dimanche, l’image du pasteur visiteur qui sermonnait les familles.
Approchant de la cinquantaine je revenais avec précaution vers mon église après 20 ans d’absence. Je tournais, je m’interrogeais, je passais devant la porte en me demandant si ce temple, cette Bible, ces cultes pouvaient éclairer la route. Louis n’attendit pas que je tire la sonnette, que je demande mon chemin, que je sois assidu. Non, il me fit une place comme si je n’étais jamais parti. Comme si depuis mon baptême cette place était évidente, réservée, vacante. Comme si l’on n’attendait que moi pour remettre à plat le journal régional, pour participer à l’organisation d’un rassemblement, pour animer une soirée synodale, pour créer un café théologique, pour communiquer avec la presse.
Mais il fit plus, il me mit en main Ricoeur et Dumas, Bonhoeffer, Tillich et les autres. Il me donna le goût de chercher dans l’histoire, la philosophie, la théologie, dans les textes ce que signifiait la Parole aujourd’hui. Quelques jours avant son départ, épuisé mais lucide, il me recommandait encore un livre, regrettait de ne plus pouvoir lire, se réjouissait de la présence de formations théologiques sur Internet !
Il considérait que son métier de pasteur était d’abord un métier de théologien, d’homme en quête permanente du sens.
Sa foi était une exigence. Une interpellation constante. Pour lui, pour les autres. Il n’avait rien d’un mentor. Mais il posait ses interrogations, il indiquait une piste, sans jamais imposer, il appelait chacun au réveil, au sursaut, à la vigilance. L’Église doit rester une « communauté d’indignation *», une vigie.
Pas question pour autant de se renfrogner dans une foi compassée, Louis vivait une théologie du bonheur. La foi en Christ, plaidait-il, nous libère des charges du passé, des entraves de l’égoïsme et nous invite à aller vers l’autre, vers un bonheur à partager. Il avait dû faire sienne cette phrase de Dietrich Bonhoeffer :  « Jésus n’appelle pas à une religion nouvelle, mais à la vie ! »
Ainsi Louis vivait-il son ministère, avec ses colères, ses recherches, son écoute, sa foi. Les épreuves, les souffrances n’ont jamais altéré cet optimisme radical et cette joie de l’échange.
Il était plus qu’un pasteur, il était mon pasteur.

Christian Apothéloz

* Selon l’expression employée par Michel Bertrand lors du culte de reconnaissance.

PS. Ceux qui voudront poursuivre un bout de chemin avec Louis pourront lire et relire les deux indications bibliques qu’il donna lui-même pour le culte de reconnaissance du 14 décembre 2002: Luc 24/13-24 et Jean 21/1-12

 

> Mars 2019. Irène Laure, première femme députée des Bouches-du-Rhône, socialiste pacifiste protestante.

> Octobre 2018. François Fouchier : Nous ne devons pas devenir une humanité hors sol.

> Juillet 2018. Emmanuel Vergès : pour une éducation populaire au numérique.

> Janvier 2018. Bernard Ravet : J’ai un impérieux devoir de parole.

> Janvier 2003. Pasteur Louis Schloesing : c’était un pasteur…

> Août 2002. Frédéric Chevalier, créateur de High Co.

> Janvier 2002. Juif, arabe, français…, rencontre avec Gilbert Benayoun : "Toucher les cœurs autant que la raison"

> Avril 2001. Robert Sarkissian : "Mes paroissiens, Chiites, sunnites, Druzes, maronites, orthodoxes… et protestants.

> Février 2001. Jean Kéhayan : Sauvés par les missionnaires américains…

> Avril 1998. L’homme de l’année, coup de cœur Maurice Genoyer.

> Avril 1998. Marc Pouzet, PDG de Marius Bernard, met en conserve la Provence.

> Mars 1997. Jacques Pfister, PDG d'Orangina France.

> André Einaudi, PDG d’Ortec, entrepreneur de l'année du Nouvel économiste 1997.

> Janvier 1997. André Einaudi, le bonheur communicatif.

> Février 1995. Financier de l'année, Charles Milhaud, président du directoire de la Caisse d'épargne Provence Alpes Corse.

> Juin 1993. Georges et Jean-Claude Antoun : New Hôtel, la petit chaîne qui monte.

Christian Apothéloz - 18, allées Léon Gambetta - 13001 Marseille - Contact - Mentions légales - Politique de confidentialité
Graphisme : Design in situ/Le Z Graphic