Christian Apothéloz
christian apothéloz   
Portraits  

Article paru dans Réforme, hebdomadaire protestant le 6 mars 2019
La version ci-dessus est celle qui a été envoyée au journal.

Irène Laure, première femme députée des Bouches-du-Rhône, socialiste pacifiste protestante

Irène LaureLe 21 octobre 1945, au soir de l’élection de l’Assemblée nationale constituante, au siège de la SFIO des Bouches du Rhône personne ne s’attend à voir sortir une femme députée. Gaston Defferre et Francis Leenhardt sont en tête. Mais le scrutin à la proportionnelle au plus fort reste fait sortir Irène Laure des urnes. C’est la seule fois dans l’histoire où les Bouches du Rhône votent pour trois députés protestants. Cela ne durera pas : le 10 novembre 1946 aux législatives Irène n’est pas réélue.
Mais quelle femme ! Cette infirmière de métier est issue d’une famille cossue italienne du Piémont, les Guelpa-Cichetto. Son père est entrepreneur dans le bâtiment installé à Lausanne, puis à Antibes. Et la petite Irène a très tôt le sens de la justice et de l’injustice. Elle ne supporte pas de voir les ouvriers transpirer pour des salaires de misère et peiner à nourrir leur famille. Elle détourne les vivres du garde-manger familial, s’emporte contre son père et à 16 ans elle prend sa carte aux jeunesses socialistes.
Elle rencontre Victor Laure, un homme de la mer qui comme elle est en rupture de ban avec sa famille. Elle l’épouse en 1920, « avec, pour voyage de noces, le congrès de Tours ». Irène aborde la Guerre avec cinq enfants. Elle est infirmière et vit dans un HLM d’Aubagne. La résistance est une évidence (au Mouvement de libération nationale). Elle ira soigner clandestinement les malades et blessés des maquis. Et lorsque ses propres enfants souffrent des décalcifications faute de vivres, en mai 1944, elle organise une « marche de la faim » avec 4 000 femmes qui vont en préfecture de Marseille exiger du pain pour leurs enfants.
À la Libération, elle devient secrétaire générale des femmes socialistes de France et siège au comité directeur du Parti socialiste (1946-1947).
En 1947, répondant à la sollicitation d’Initiatives et Changement (alors « Réarmement Moral »), elle se rend à Caux en Suisse. La rencontre avec des Allemands est une épreuve, mais elle accepte et elle va jusqu’à demander pardon aux ennemis d’hier présents à Caux, pour la haine qu'elle a ressentie à leur égard. « J’ai souhaité la destruction de l’Allemagne et sa disparition de la carte du monde. De ma haine, je vous demande pardon ». Ce sera une véritable conversion à la paix et elle va parcourir le monde pour porter ce message aux USA, en Inde, en Europe, en Afrique. Elle restera socialiste, mais abandonnera la lutte des classes : « Ce qu’on appelle guerre des classes est une lutte pour le pouvoir et non pour le bien-être des pauvres et des opprimées », plaide Irène Laure y compris devant Guy Mollet ou Léon Blum.
Irène Laure va consacrer sa vie jusqu’à ses derniers jours à plaider le dialogue et la renonciation : « La plus puissante des armes c’est le temps de silence. Nous avons la possibilité de participer à un monde nouveau, si nous savons écouter notre cœur dans le silence ».

Christian Apothéloz

SFIO  Irène Laure


> Mars 2019. Irène Laure, première femme députée des Bouches-du-Rhône, socialiste pacifiste protestante.

> Octobre 2018. François Fouchier : Nous ne devons pas devenir une humanité hors sol.

> Juillet 2018. Emmanuel Vergès : pour une éducation populaire au numérique.

> Janvier 2018. Bernard Ravet : J’ai un impérieux devoir de parole.

> Janvier 2003. Pasteur Louis Schloesing : c’était un pasteur…

> Août 2002. Frédéric Chevalier, créateur de High Co.

> Janvier 2002. Juif, arabe, français…, rencontre avec Gilbert Benayoun : "Toucher les cœurs autant que la raison"

> Avril 2001. Robert Sarkissian : "Mes paroissiens, Chiites, sunnites, Druzes, maronites, orthodoxes… et protestants.

> Février 2001. Jean Kéhayan : Sauvés par les missionnaires américains…

> Avril 1998. L’homme de l’année, coup de cœur Maurice Genoyer.

> Avril 1998. Marc Pouzet, PDG de Marius Bernard, met en conserve la Provence.

> Mars 1997. Jacques Pfister, PDG d'Orangina France.

> André Einaudi, PDG d’Ortec, entrepreneur de l'année du Nouvel économiste 1997.

> Janvier 1997. André Einaudi, le bonheur communicatif.

> Février 1995. Financier de l'année, Charles Milhaud, président du directoire de la Caisse d'épargne Provence Alpes Corse.

> Juin 1993. Georges et Jean-Claude Antoun : New Hôtel, la petit chaîne qui monte.

Christian Apothéloz - 18, allées Léon Gambetta - 13001 Marseille - Contact - Mentions légales - Politique de confidentialité
Graphisme : Design in situ/Le Z Graphic